Solitude et vie initiatique - cfio.cfio

Solitude et vie initiatique – partie 1

formations

La vie spirituelle entraîne de nombreux changements existentiels. Le plus souvent des bouleversements. Parmi eux, un besoin de solitude de plus en plus probant pour pouvoir se recueillir et contempler en silence. Or, les nécessités sociales, familiales et professionnelles ont tendance à freiner ce besoin de retrait du monde. Comment trouver la juste mesure pour réaliser la prouesse « d’être dans le monde mais plus de ce monde » ?…

La solitude est-elle une fuite ?

La fuite des moines et des anachorètes n’a jamais été une forme d’indifférence. Le moine ne se soustrait pas du monde, il ne se laisse plus manipuler par lui, ce n’est pas la même chose. Lorsque Jésus invite ses apôtres à « quitter le monde », ce n’est pas pour prêcher l’isolement. Il attire seulement l’attention sur les relais intérieurs qui favorisent nos attachements aux choses temporelles de la vie.

Pour Jésus, la solitude de l’initié est une tentative courageuse de confrontation à soi-même. Car dans le silence oppressant du désert, le chaos intérieur se révèle plus distinctement que lorsque nous sommes occupés par les multiples sollicitations et stimulations du quotidien.

Vue sous cet angle, la solitude n’est pas une fuite qui nous soustrait à nos responsabilités. C’est une prise de position héroïque puisqu’elle affranchit l’homme de ses conditionnements archaïques et autres croyances limitantes.

Un peu de repos?

Le repli n’est pas non plus une mise au vert ou un moment de villégiature en campagne. Ce n’est pas de tout repos. C’est une guerre qui nous oppose à nous-mêmes dans laquelle les forces de dispersion de l’univers vont lutter contre l’évolution unitaire à laquelle est destinée notre conscience.

Nos divisions intérieures vont tenter de contrarier ce projet. Il y aura un écho défavorable dans notre entourage affectif. Famille, amis, collègues et voisins nous regarderont de travers dans cette démarche étrange qui nous éloigne d’eux temporairement.

Il faudra du courage pour supporter les menaces affectives et les critiques injustes de toutes sortes.

Comment doser?

Quand le besoin de se retirer devient de plus en plus insistant, nous avons à trouver la bonne mesure. Il faut tenir compte de nos engagements les plus importants. Sommes-nous mariés? Avons-nous des enfants à élever? Des crédits et des nécessités professionnelles à honorer?

Chacun a une vie différente et on doit en tenir compte. Le piège ici serait de se servir du besoin de solitude pour s’affranchir maladroitement de ce qui nous oblige et nous contraint, et dont on aimerait se débarrasser. Pour dépasser cela, on peut se souvenir que les moines font voeu d’obéissance et de service aux autres. Ils choisissent certes de le faire à l’écart du monde, mais l’engagement qu’ils contractent est monumental. Ils perdent au passage toute identité personnelle.

La solitude de l’initié ne peut donc ressembler à une évasion égoïste et mal située par laquelle il enverrait tout bouler.

Tenir bon

Tenir bon, c’est comprendre que nos vies pesantes et stressantes sont des défis spirituels à relever. Les religieux ont été destinés à la vie monacale. Si vous êtes laïque et que vous avez femme, mari et enfants, vous avez des responsabilités importantes à assumer. Ce n’est pas parce que vous avez l’impression de ne pas avoir assez de temps à consacrer à votre spiritualité que votre ressenti est juste.

La vie est un laboratoire alchimique. C’est dans notre vie telle qu’elle est, et pas dans celle que nous aimerions avoir, que le travail spirituel se fait. Je l’ai déjà dit, si vous vous enfermez dans votre pièce occulte plusieurs heures par jour pour faire des rituels, des prières ou je ne sais quelle pratique, et que vous vous comportez comme un âne dans votre vie extérieure, il n’y a aucun bénéfice spirituel pour personne.

Si par contre, vous faites de votre mieux pour être quelqu’un de pacifié et d’unifié dans l’entièreté de votre vie compliquée, alors même si vous ne priez ou ne pratiquez vos exercices que quelques minutes tous les matins, je peux vous assurer que le Paradis vous sera grand ouvert et que les anges chanteront vos louanges.

Comment organiser concrètement vos moments de solitude afin qu’ils soient les  plus ajustés possible et qu’ils profitent à tout le monde? Ce sera l’objet du prochain article…

consultation

Et qu'on se le dise par Toutatis !