lion vert - cfio.fr

Qu’est ce que le Lion Vert en alchimie?

Le lion vert fait partie des grandes énigmes de l’alchimie. En réalité, il s’agit d’un enseignement très simple ayant trait à l’évolution de la matière première dans le déroulement de l’oeuvre philosophale. Comme les histoires expliquent parfois mieux les choses que de longs discours académiques, en voici une originale mettant en scène la sagesse de l’enfant…

Il y a quelques années, ma petite fille de trois ans et demi était en train de se mesurer sur une toise que lui avait fabriquée sa maman. Presque un mètre ! « Waouh ! » me dit-elle toute fière. « Je suis une grande fille maintenant ». « Ça oui ! » que je lui réponds. « Et toi ? me rétorque-t-elle, jusqu’à combien tu vas grandir ? »…

Après un éclat de rire que je ne pus réprimer, je lui dis : « Oh tu sais, Papa a fini de grandir, maintenant il murit. »…

Alors elle réfléchit un instant et me demanda :

– Qu’est-ce que c’est murir?

Je l’emmenais dans le petit jardin où de belles tomates-cerise étaient en train de s’épanouir.

– Regarde, tu vois ces petites tomates vertes? Elles ne grandiront plus. Elles sont arrivées à taille adulte, et pour l’instant elles sont toutes vertes. Grâce au soleil, elles vont rougir et l’on pourra les cueillir pour les manger. C’est ça mûrir. C’est passer du vert au rouge. En mûrissant, la tomate devient utile. Tant qu’elle était verte, on ne pouvait pas la manger. Sa maturité lui donne des qualités nutritives pour les humains et les animaux, et aussi du goût. Savais-tu que les tomates vertes sont du poison ?

Elle réfléchit encore et à nouveau rétorqua :

– Et qu’est-ce qu’on fait quand on a fini de murir?

Après un sourire de contemplation qui me parut durer une éternité, une voix intérieure répondit à ma place :

– Quand on a fini de murir, alors vient le temps de mOurir…

– Ah oui, c’est quand la tomate tombe toute seule ! fit-elle joyeusement.

Et elle repartit jouer à autre chose, me laissant pantois et songeur devant cette leçon de vie que je pensais conduire, alors que ce fut l’enfant qui m’instruisit encore cette fois-là. Devant le végétal immobile, je regardais en esprit ces deux mots qui se ressemblent tant, murir et mourir, et dont la seule différence est une petite tomate ronde qui s’intercale entre les lettres.

« O » le cercle de l’universel auquel nous devons offrir notre maturité à la mort.

La tomate et l’enfant sont des sages complices. Ils parlent la langue des oiseaux. Pour eux, un seul choix de vie compte  : AIMER (M)ouRIRE…

Sainte Alchimie !

Et qu'on se le dise par Toutatis !