Le pouvoir alchimique des églises - cfio.fr

Le pouvoir alchimique des églises

formations

Les églises et cathédrales ont une fonction ignorée de la plupart des gens. On croit souvent que les édifices religieux sont de simples locaux décorés pour l’usage sacerdotal. Mais en réalité, l’église est un lieu transformateur destiné aux masses inconscientes qui s’accumulent à l’intérieur comme on place la matière première des alchimistes dans un athanor. Découvrez la connaissance secrète et alchimique des bâtisseurs de cathédrales…


Entre ciel et terre

C’est bien connu, les églises ont été bâties, pour la plupart, sur d’anciens lieux de cultes. On dit souvent que c’était pour écraser les anciennes religions. En fait, l’idée était d’abord de positionner l’édifice religieux sur un passage cosmo-tellurique puissant. Puisque le but recherché était la relience des hommes avec le ciel, l’emplacement de l’église devait correspondre à cet alignement correct.

Les ondes de forme

De très anciennes traditions utilisaient le pouvoir des formes géométriques à des fins alchimiques. Il existe donc des procédés de cuisson non calorifiques capables de capter et de condenser un feu obscur transformateur. La forme architecturale des églises répond précisément cette description.

L’orientation géographique particulière du bâtiment, associée à des proportions et des matériaux de construction très précis, dote l’église d’une vibration surnaturelle qui va agir sur les officiants et les fidèles selon la place qu’ils occupent durant les rites.

L’irradiation des vitraux

Autrefois, les vitraux des cathédrales étaient réalisés avec des verres d’oxydes métalliques. On connaissait donc la vertu métaphysique des sels de métaux lorsqu’ils étaient traversés pas la lumière du soleil. Le jeu des couleurs créant l’atmosphère des églises à certains moments de l’année n’est donc pas fortuit. Il correspond à la mise en place de conditions photoniques spéciales, dont la présence dans l’édifice constitue l’un des autres éléments alchimiques de l’architecture religieuse.

Le fait que la lumière traverse les motifs symboliques reproduits sur les vitraux, crée une aura dans laquelle les fidèles vont baigner durant la messe. Ce bain de lumière est une véritable irradiation divine qui agit sur les hommes à leur insu et les prépare à recevoir l’Esprit durant la communion.

Le rite est actif

Dans un tel lieu, les mots de pouvoir utilisés par le prêtre, sont décuplés en puissance. Les sons sacrés viennent heurter les formes et les couleurs du jour pour engendrer des tourbillons lumineux hautement transformateurs. Cette alchimie des énergies est à l’origine du sentiment de paix que l’on ressent quelquefois dans les églises et les chapelles. Même certaines personnes athées affirment se sentir bien dans tels lieux. C’est en partie à cause des énergies bienveillantes qui les traversent à leur insu.

L’église est un athanor

L’athanor est le four de l’alchimiste. C’est dans l’athanor que cuit la matière première du Grand-Oeuvre jusqu’au niveau de perfection de la pierre philosophale. Ce qu’on peut réaliser avec les métaux peut être également fait avec l’homme tout entier.

A l’origine, c’est le grand projet des initiés du christianisme que de vouloir transformer le monde entier à l’image du Christ qui est, pour tous les chrétiens, le modèle de perfection à suivre. On a donc fabriqué d’immenses athanors collectifs dans lesquels les fidèles venaient prendre leur bain de jouvence dominical et racheter leurs fautes hebdomadaires.

Lire la SUITE de ces infos confidentielles…

consultation

Et qu'on se le dise par Toutatis !