Pierre-Philosophale cfio.fr

Les effets de la pierre philosophale

formations

Que n’a-t-on écrit sur les pouvoirs de la pierre philosophale ? Pourtant, très peu de gens aujourd’hui ont une vision claire et précise de ses propriétés réelles. On parle de panacée universelle, d’élixir de longue vie ou de poudre de projection capable de transmuter les métaux. On évoque aussi le symbole purement spirituel que la pierre représente. Mais il y a plus, oui bien plus…

Transmutation

La pierre philosophale transmute. Certes, mais quoi exactement ? Les métaux ? Le corps de l’alchimiste ? Sa conscience ? Ces dernières années, on s’est beaucoup intéressé à l’ADN. Et comme c’est souvent le cas avec les nouvelles avancées de la science, de nombreuses mouvances issues du newage se sont emparées de l’information pour justifier des théories spirituelles pour le moins discutables. On y mélange, à ce titre, et avec peu de discernement, les notions modernes du décodage biologique avec des données ancestrales classiques comme les (trop) systématiques chakras, 

Il n’est pas rare, malheureusement, de voir associée à cette bouillabaisse philosophique, la pierre philosophale elle-même, dont la définition relative, il est vrai, s’adapte bien à tous les accommodements.

Or, d’une manière plus traditionnelle, et conformément à la réalité des opérations de laboratoire dans certaines voies, la pierre philosophale est bel et bien une substance particulière avec ses propriétés chimiques. Assimilée à une drogue, elle est capable de déclencher des réactions en chaine dans l’appareil biologique, en travaillant aux niveaux glandulaire, neuronal et cellulaire. Selon sa puissance (car on a la pierre qu’on est capable de faire !), son action fulgurante débloque effectivement, et dans une certaine mesure, la spirale ADN. Elle libère les connaissances contenues dans le génome humain, précisément là où les dieux ont caché la connaissance universelle.

Je reviendrai ultérieurement sur la nature des dieux dont il est question ici, puisque cela renvoie aux mystères de l’origine de la race humaine. Sur ce point, des enseignements méconnus existent, et qui sont en passe d’être dévoilés progressivement en raison de leur incongruité…

Donc, sans le passe qui ouvre ces portes du savoir divin, l’homme est condamné à suivre le cours d’une évolution collective programmée. C’est lent et frustrant, surtout pour ceux qui ne se contentent pas des stimulations médiocres de notre monde pseudo-moderne.

On l’aura donc compris, la pierre philosophale constitue l’une de nombreuses possibilités qui soient données à l’homme de s’extraire de sa prison existentielle et d’accéder à des dimensions supérieures.

Quelles connaissances ?

Hermès Trismégiste affirma que « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas », sous-entendant que le macrocosme et le microcosme sont tenus par des liens de similitudes plus profonds qu’on ne l’imagine. L’homme contient dans sa profondeur toutes les connaissances de l’univers. Ses lois physiques et métaphysiques.

Lorsqu’il ingère la pierre (ce qui est une idée à entendre avec sagesse), l’adepte a subitement accès à des connaissances accrues, dont il est capable d’assimiler le contenu, justement parce que sa conscience a subi une transformation proportionnelle.

Un puits de science inouï l’attend de l’autre côté : les technologies avancées de l’espace et du temps ; la maîtrise de l’antigravité aux conséquences « pondérales » sur l’architecture et le travail de transformation de la matière ; la maîtrise de l’atome également, au profit de l’énergie propre et des sciences communicatives avec d’autres mondes…

Panacée médicale

Ce n’est un secret pour personne que la pierre philosophale est censée guérir toutes les maladies du corps, mais aussi celles de l’âme – faut-il le rappeler ? J’entends par là que la médecine hermétique ne dissocie pas les maladies du métabolisme de notre manière de penser et de vivre. C’était une évidence pour les Anciens, et grâce à Dieu, quelques guérisseurs courageux professent encore de nos jours ce genre de thérapeutique.

Dans la littérature alchimique, les exemples abondent où les adeptes pratiquent la régénération cellulaire au point de pouvoir prolonger considérablement leur existence terrestre, donc préservent de facto leur précieuse santé. Quelquefois même, ils savaient changer de peau comme certains reptiles subissent naturellement une mutation biologique générale. Eugène Canseliet a témoigné avoir rencontré Fulcanelli, après que celui-ci ait transmuté physiquement. Selon le bon maître de Savignies, Fulcanelli paraissait avoir cinquante ans au lieu de cent et quelques…

Oui, mais…

La question se pose malgré tout de savoir si la pierre philosophale guérirait uniformément les maladies de tout un chacun, ou bien si elle le pourrait uniquement sur l’adepte qui l’a réalisée, et dans quelle mesure ? L’imagerie populaire entourant l’alchimie semble opter pour l’universalité thérapeutique, ce qui peut s’expliquer aisément au regard du contenu des opérations de laboratoire. Mais comme elle n’hésite pas non plus, par ailleurs, à évoquer aussi le don de richesses matérielles et d’immortalité physique, on est en droit, dans un contexte qui se veut quand même spirituel à la base, d’émettre quelques doutes…

Quoi qu’il en soit, avec de telles promesses, il est facile de comprendre pourquoi l’engouement pour l’alchimie a traversé les époques, et n’a donc jamais faibli jusqu’à aujourd’hui.

La réalité est malheureusement bien éloignée de ces affirmations à caractère mythique. Certains vieux auteurs nous mettent en garde contre elles, alors que d’autres les cultivent avec délectation. Pour s’y retrouver, il est peut-être utile de rappeler qu’avant de constituer un ensemble de privilèges terrestres et temporels, les effets de la pierre philosophale sont avant tout d’ordre ontologique, et qu’il faut entendre les notions de guérison, de richesse et d’immortalité avant tout sous un angle surréaliste.

Ceci étant dit, certains fils d’Hermès ont réellement tenté et réussi la régénération cellulaire (ou technique de rajeunissement) laquelle entraine, en général, une amélioration des registres sensori-moteurs permettant l’usage de capacités gestuelles inconnues. L’intelligence et la créativité étant alors exacerbées, l’adepte (re)découvre de lui-même, par des biais toujours étranges, des technologiques d’avant-garde qu’il met au service de son art, et notamment dans le cadre de la théurgie ou de voies de laboratoire avancées.

Il existe par exemple une possibilité de maîtriser des sons chantés, conjointement au fonctionnement de machines capables, entre autres, de courber l’espace-temps.

Ce qui signifie que lorsque l’homme aura compris qu’il peut devenir une pièce mécanique à part entière dans un ensemble technologique dédié – et non plus seulement un passager ou un utilisateur – il fera progresser ses possibilités scientifiques de façon considérable. Il fera corps avec des mécanismes simples –  mais géniaux – qu’il utilisera pour réaliser ce qu’on considèrerait aujourd’hui comme des miracles…

Éveil spirituel

La pierre philosophale accorde bien sûr, je l’ai souligné plus haut, un développement spirituel, qui n’est pas à considérer seulement comme  un développement des facultés paranormales, mais aussi progrès éthique et croissance de sagesse dans des domaines aussi variés que la politique, le social et l’environnement.

L’éveil spirituel est le résultat d’un accroissement de la conscience unitive, une augmentation de l’acuité intellectuelle débouchant sur une compréhension supérieure des modes de fonctionnement de l’univers. D’où une intégration non pathologique des processus de la vie et de la mort.

Conclusion

Les adeptes ont affirmé que l’obtention de la pierre philosophale n’est que la première marche d’une évolution gigantesque. Ce n’est pas une fable. C’est un produit (ou quelquefois un processus selon la voie suivie) qui n’est ni plus ni moins qu’un antidote à l’inertie plombant la matière dans laquelle nous évoluons si lentement.

C’est le Soma des Grecs, boisson sacrée (et pas forcément liquide) qui contient les vertus immuables des véritables héros.

Rares sont ceux qui ont le privilège d’absorber cette substance sacrée et surtout d’en supporter les conséquences. La pierre philosophale n’est pas difficile à réaliser techniquement. La plupart du temps, c’est de la photonique élémentaire. Ce qui l’est néanmoins, c’est de comprendre précisément ce que nous faisons dans nos opérations. C’est le temps qu’il faut pour comprendre toutes ces choses qui manque le plus souvent, et qui éloigne les prétendus aspirants du but philosophal, toujours plus ou moins en quête d’or pondéral…

Si nous ne comprenons pas, cela ne marche pas. Le processus de réalisation de la pierre n’est pas une recette à appliquer, comme vous pourriez faire une mayonnaise (encore qu’il soit prouvé que, selon notre état d’esprit, il est possible de la rater). Il faut que l’alchimiste ait développé une conscience particulière pour que le mélange des énergies et des matières se fasse. J’ai dit plus haut que l’homme fera un jour partie du moteur de la bagnole. Monter dedans et tourner la clé ne suffira plus pour la faire démarrer. L’homme sera le carburant étonnant de la nouvelle technologie à venir.

Pour faire la pierre, c’est pareil, et les effets que nous en obtiendrons seront proportionnels à notre évolution intérieure.

Pour en savoir plus…

consultation

Et qu'on se le dise par Toutatis !