Secret alchimique - cfio.fr

Le secret alchimique est-il encore de rigueur?

En France, c’est devenu une habitude, dès qu’il est question de parler d’alchimie ouvertement, c’est le tollé général. Si un chercheur entend dévoiler le secret alchimique sans utiliser de métaphores ou de symbolisme indéchiffrable, il s’attire les critiques les plus vives. Comme si l’équation sincérité + alchimie était forcément égale à mensonge et tromperie

Nous allons voir aujourd’hui pourquoi il est nécessaire de dénoncer cette idée reçue et en quoi le culte du secret alchimique est un problème mal compris.

On bougonne dans les deux sens

Ce qui est amusant, c’est que les personnes qui réprouvent publiquement la divulgation des mystères de l’ésotérisme sont avant tout des chercheurs en quête de réponse. D’un côté, ils s’arrachent les cheveux (secrètement) devant des mystères qu’ils ne savent percer, et de l’autre ils aboient systématiquement dès que quelqu’un veut leur donner (ou vendre) la solution…

Ce paradoxe s’explique de deux façons:

La première est qu’il est très difficile aux êtres humains de supporter leur propre ignorance. Donc, quand un homme ne trouve pas ce qu’il cherche (et c’est trop souvent le cas en alchimie), ou bien il abandonne en se persuadant que ça n’existe pas (« sinon je l’aurais trouvé, tu penses bien… »), ou bien il  s’invente une théorie dans laquelle l’objet de sa recherche n’est réservé qu’à une très petite portion d’individus dont il fera (bien sûr) partie un jour ou l’autre. Dans les deux cas, ce personnage ne verra jamais d’un très bon oeil qu’un petit malin découvre et diffuse ce qui lui aura échappé toute sa vie…

La deuxième, c’est que l’être humain a du mal à exister s’il ne se sent pas supérieur ou différent des autres. En alchimie, ceux qui prétendent savoir sont légion. Ils utilisent le symbolisme compliqué (en apparence) de l’alchimie pour tromper leurs semblables à des fins nombreuses et variées (nous y reviendrons en détail dans un autre article). En réalité, ils n’en savent pas beaucoup plus que ceux qu’ils prétendent guider, mais cette position leur confère une satisfaction narcissique (souvent inconsciente d’ailleurs) qu’ils ne lâcheront pour rien au monde. Dans ce cas, il est évident qu’ils réprouveront violemment toute initiative visant à parler ou à enseigner clairement l’alchimie. Pour eux, le risque d’être démasqué est très grand et doit donc écarté.

Une étrange excitation

Il existe également un phénomène curieux dont on ne parle pas souvent. La recherche d’un problème insondable (comme le secret alchimique par exemple) procure une excitation particulière et donne du sens à la vie.

En d’autres termes, ça occupe !

C’est un peu comme de chercher le secret du mouvement perpétuel sans jamais y parvenir. Certaines personnes y ont passé le plus clair de leur vie.

Que ce serait-il passé si quelqu’un d’autre avait découvert et publié la solution? Vous penserez peut-être que notre chercheur aurait sauté de joie? Et bien pas du tout. Car en révélant cette solution au grand jour, vous lui auriez ôté sa raison de vivre. Ce qui lui faisait se lever le matin et se mettre au travail. Son shoot à lui…

La terre n’est plus plate…

Il a fallu du temps pour que l’humanité accepte de croire que la Terre est ronde. On a résisté longtemps à cette idée choquante et qui n’avait pas beaucoup de sens pour la plupart des gens. Pourtant c’était la pure vérité, mais elle s’adressait à une époque insuffisamment instruite pour la comprendre. Tant que c’était ainsi, il valait mieux se taire et garder secrète l’information. Mais lorsque l’humanité fût prête, alors on lâcha le morceau et l’évolution scientifique continua.

Il y a encore 20 ans, personne n’aurait osé remettre la théorie de la relativité d’Enstein en question. Pendant des décennies, ce fut LA vérité scientifique absolue. Depuis peu cependant, cette théorie semble avoir trouvé sa limite et de nombreux scientifiques l’ont même complètement écartée au profit de théories nouvelles et croissantes.

Pour les mêmes raisons que dans les deux exemples précédents, l’alchimie n’a plus lieu d’être une discipline secrète. Les gens sont prêts à la comprendre. Ils en ont les moyens. Sa diffusion est nécessaire et utile pour une époque qui a besoin de réponses spirituelles.

Et la transmutation du plomb en or dans tout ça?

Contrairement à ce que l’on croit, la transmutation des métaux en or n’a jamais été la préoccupation principale des alchimistes. C’est une fable rendue populaire par le folklore de colportage. Le travail d’amélioration des métaux (que je ne démens pas pour autant puisque je l’enseigne) est l’une des branches annexes de l’alchimie. Elle est un moyen de vérifier leur avancée dans la connaissance de la Nature.

À la question de savoir ce qu’il se passerait économiquement si tout le monde savait faire de l’or, je réponds ceci:

Un véritable adepte sait combien la transmutation des métaux en or n’est pas chose si facile à réaliser. J’ai expliqué largement pourquoi dans ma formation sur le Grand-Oeuvre alchimique. De plus, ce n’est pas là son but principal.

Ensuite, notre humanité est en phase de transformation. D’ici quelques années, beaucoup de changements économiques (qu’il ne faut pas craindre, mais accompagner) feront s’effondrer progressivement les modes d’échange de valeurs commerciales partout dans le monde. Actuellement, l’étalon or reste la principale valeur déterminante des marchés économiques. La quantité d’or dans le monde régule donc la finance générale.

Mais cela ne durera pas et c’est pourquoi d’ici peu, l’or métallique n’aura plus aucune valeur particulière et pourra être reproduit sans aucune conséquence économique notable. Cela n’a pas toujours été le cas et c’est ce qui justifia que les procédés de transmutation soient restés secrets durant des siècles jusqu’à nos jours.

Mais à l’heure du grand basculement, à quoi bon faire encore des mystères?

Et qu'on se le dise par Toutatis !