icones alchimique - cfio.fr

Le pouvoir alchimique de l’icône

formations

Que sait-on des icônes religieuses, si ce n’est qu’elles font partie des objets de culte les plus appréciés dans certaines branches du christianisme?  Le catholicisme orthodoxe par exemple leur voue une adoration très marquée, à la limite même du fétichisme. Cette façade rituelle que l’on prend pour du folklore religieux masque néanmoins une technologie divine totalement méconnue du public. Car les icônes sont en effet de véritables portes métaphysiques vers l’au-delà…

Écrire une icône

Saviez-vous qu’on ne dit pas dessiner une icône, mais écrire une icône? C’est dire à quel point l’écriture revêt un caractère particulièrement sacré dans la plupart des grandes religions comparativement au simple dessin. Pour les Anciens, les écritures religieuses sont issues du Verbe divin. Il n’est pas question de penser que l’homme est l’auteur de la parole sacrée. Il prête sa main à Dieu sans intervenir personnellement. C’est la base du prophétisme et des religions dites du livre, toutes traditions confondues.

Cette vision implique donc que l’icône soit une forme particulière d’écriture de la Parole divine. Même si cet art s’avère plus pictural que scriptural, on le pratique comme une sorte d’écriture hiéroglyphique proche des anciennes traditions moyen-orientales (telles que l’Égypte), dans lesquelles l’écriture est un ensemble d’images symboliques et agissantes.

Une image vivante

Pour les Hébreux par exemple, comme c’est le cas dans bon nombre de langues anciennes, l’écriture est vivante. Elle n’est pas seulement figurative ou phonétique. Chaque lettre EST l’idée qu’elle représente. Par exemple, le mot eau écrit en lettres hébraïques possède une vibration énergétique scrupuleusement identique à celle de l’eau commune. Si bien qu’il vous suffit d’écrire eau en hébreu sur un pendule radiesthésique pour obtenir un outil de détection de sources souterraines extrêmement puissant.

Dans le cas d’une icône, c’est la même chose. Ce n’est pas seulement une image pieuse que l’on regarde et qui nous attendrit, mais une forme d’écriture vivante possédant des pouvoirs métaphysiques conséquents. L’icône agit donc sur celui ou celle qui la regarde, car elle est un outil alchimique de transformation. Un instrument de sainteté.

Qui regarde qui?

Croyez-vous regarder une icône? Détrompez-vous, c’est elle qui vous regarde, ce qui n’a pas échappé à certains sensitifs et mystiques avancés. La pratique spirituelle de l’icône repose précisément sur cette ambiguïté. C’est le regard transformateur d’un Christ, d’une Vierge ou d’un Saint qui nous traverse et pénètre l’épaisseur encombrée de notre conscience, pour y déposer de l’ordre et de la lumière.

Nous sommes alors regardés au même titre que les pratiquants du zen pensent être médités. Le renversement des volontés qui s’opère dans ce positionnement nous place sous l’influence d’une énergie sanctifiante et célestielle. La lumière sort des yeux de l’icône et transperce notre âme ainsi mise à nue, afin que s’accomplisse un nouveau miracle.

Un art ancestral très codifié

L’un de mes élèves me demanda un jour s’il était possible de réaliser ce travail avec une simple photocopie. Malheureusement, en procédant ainsi, on passe totalement à côté de la réalité métatechnique de l’icône. C’est également oublier que l’icône n’est pas une simple figuration religieuse, mais plutôt un véritable appareil construit sur les bases d’une technologie occulte.

L’artiste ne peut pas faire ce qu’il veut comme c’est le cas dans l’art moderne, si peu soucieux des proportions harmonieuses dictées par le juste et le beau. D’ailleurs, l’iconographe religieux n’est pas seulement un artiste, mais aussi et surtout un religieux accompli s’exerçant à une discipline rigoureuse et sacerdotale. Les règles d’écriture d’une icône répondent à des critères stricts tant sur le plan de la géométrie que sur celui des matériaux utilisés. Le moine qui l’écrit est en prière perpétuelle, ce qui confère à son icône des vertus bien évidentes.

Utiliser une photocopie d’icône revient donc à vouloir que la simple image téléchargée d’un Ipad de chez Apple se comporte comme un vrai…

Une voie alchimique secrète

J’ai donné dans ma formation sur le secret de Jésus-Christ la description complète d’une voie alchimique utilisant les pouvoirs de l’icône. Cette science oubliée même de la plupart des ecclésiastiques actuels était pourtant l’un des chemins de transformation spirituelle les plus puissants qui soient. Il implique certes des éléments de dévotion, mais sans la niaiserie dont faisaient preuve certains bigots de jadis, plus enclins à adorer les objets que leur contenu symbolique.

Dans cette voie restée longtemps secrète, l’icône devient une porte spirituelle ouvrant réellement sur un au-delà métaphysique, qui n’est autre que le monde divin. Cette porte des étoiles, comme on l’appelait autrefois, nous conduit au seuil de l’absolu qui nous transfigure par le pouvoir du regard.

Les yeux, qui sont les instruments de la vue, n’étaient donc pas considérés pour rien comme les lampes de l’âme par les plus grands saints. C’est par là que le mystère s’opère et que la contemplation s’accomplit.

« L’œil est la lampe du corps. Si ton oeil est en bon état, tout ton corps sera éclairé, mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres! » Matthieu 6.22-23

Nous verrons combien cette acception est vraie dans la prochaine formation du CFIO sur l’alchimie interne zoroastrienne que je suis en train de finaliser en ce moment.

consultation

Et qu'on se le dise par Toutatis !