Le Père Noël alchmique

Savez-vous pourquoi l’on raconte l’histoire du Père Noël aux enfants? Certains s’indignent que l’on mente ainsi aux bambins, mais derrière le voile des apparences, se dissimule un arcane spirituel très secret…

formations

Le Père Noël et le Père céleste

Car, en vérité, la légende du Père Noël a pour fonction de préparer l’âme du petit enfant au grand mystère de la divinité, qui descend du ciel pour entrer par le conduit étroit de la cheminée, et déposer alors ses cadeaux qu’on appelle aussi des présents. Ah… !!!

Un conduit de cheminée bien particulier…

Vous aurez surement deviné que le conduit de la cheminée n’est autre que la représentation symbolique de notre colonne vertébrale, lieu du feu sacré par excellence, dont chaque vertèbre constitue les barreaux de l’échelle de sages qui permet à la fois l’ascension de l’âme et la descente de l’esprit dans la chair.

Un mensonge vieux comme le monde

A partir de là, le mensonge imposé aux gosses est en réalité une préparation subtile de l’entendement au travers d’une histoire allégorique qui est censée faire son chemin dans l’inconscient.

C’est pourquoi les vieux alchimistes étaient aussi appelés les « manteaux bleus » (voyez la carte du tarot n°9 ou Hermite, et qui représente l’adepte guidé par la lanterne de sa conscience). 

Les alchimistes devenaient donc ceux qui « mentent aux bleus » c’est-à-dire aux nouveaux, aux débutants, non pas pour les tromper ou les abuser, mais parce qu’à ses débuts, le récipiendaire n’était pas toujours prêt à entendre la vérité à ciel ouvert. Alors on le ménageait avec quelques histoires, comme on le fait encore à Noël avec nos petits pour les mettre dans l’ambiance…

Une autre époque

Fort heureusement, ces pratiques n’ont plus vraiment cours, et aujourd’hui on accède plus facilement qu’autrefois à la Révélation des Mystères.

Il n’est pas dit pour autant que cela se fasse n’importe comment. Il faut malgré tout une bonne progression et de la pédagogie pour amener progressivement le chercheur aux portes du Réel. Sinon, c’est gâché, et l’on retombe alors dans un autre travers, celui de la surinformation, laquelle quoi qu’on en dise, est assez caractéristique de notre époque.

Et qu'on se le dise par Toutatis !