mystères de la croix - cfio.fr

Comprendre le mystère de la croix initiatique

formations

Depuis la nuit de temps, l’homme a l’intuition que quelque chose de supérieur orchestre la destinée du grand univers qui l’entoure. Un jour, il quitta sa position horizontale d’animal pour pointer son regard vers le ciel. À partir de cet instant, l’homme eut une vie verticale aux conséquences spirituelles profondes. Depuis, il cherche à équilibrer les deux branches de la croix…

Le mystère de la Croix

Une croix est l’assemblage de deux droites qui s’interpénètrent. Les mathématiciens disent qu’une droite est un point qui se déplace. Il est donc admis que la croix indique deux directions différentes qui pourtant ont un point commun, au centre exact de leur intersection.

Ce centre, c’est l’axe du monde (axis mundi) que l’homme doit découvrir parce que sa vie est partagée en deux pôles qui sont en fait deux destinations, l’une matérielle ou charnelle et l’autre spirituelle.

L’axe horizontal

Le point qui se déplace de façon horizontale est le plan existentiel animal qui va de la vie vers la mort en passant par la reproduction. Sur cet axe, l’homme mange et défèque. Il cherche sa nourriture et travaille dur pour répondre à ses besoins personnels. Il est en général esclave de ses sens et de la peur constante de ne pas pouvoir parvenir à ses fins. Ses semblables sont tous des concurrents ou des ennemis potentiels contre lesquels il se bât continuellement, même lorsqu’il feint d’être détendu et amical.

L’homme horizontal ne semble pas se préoccuper de son devenir spirituel ou vertical. Il est pourtant concerné mais inconsciemment car, sans s’en rendre compte, tout ce après quoi il court,  pouvoir, argent et sexe, ne sont qu’une recherche indirecte et malheureuse du divin. C’est la même quête mais elle a perdu son guide et fait de l’homme horizontal un être malade.

C’est pour cette raison que l’homme horizontal est constamment en recherche de nouvelles stimulations, dont il se désintéresse immédiatement dès qu’il les obtient. Il consume sa vie en une longue course éreintante durant laquelle il sait au fond de lui que son existence n’a aucun sens.

La plupart des gens meurent sans jamais avoir essayé de changer quoi que ce soit à cette situation…

L’axe vertical

Lorsqu’il prend conscience qu’il vit comme un cochon, l’homme commence à se demander ce qu’il fait sur Terre. Lorsqu’il est assez intelligent pour s’apercevoir que ce qu’il dit, croit et pense n’a aucune consistance, il marque un temps d’arrêt salutaire et lève les bras au ciel.

Dans l’initiation, on appelle ce moment un effondrement moral. L’homme ne peut se poser les bonnes questions tant qu’il est occupé à s’empiffrer, à accumuler de l’argent bêtement, à amasser des biens immobiliers, et à rouler dans les dernières voitures à la mode.  À un moment donné, tout cela va s’écrouler et, dépouillé de ses illusions, s’il a de la chance, l’homme va se redresser. Il va se mettre en quête du sens de la vie et chercher à comprendre ce qui lui est arrivé. C’est le début de la vie verticale et des premières recherches spirituelles.

Résoudre l’équation

Le symbole de la croix est intéressant car il propose d’harmoniser les deux étages de la vie horizontale et verticale. Il ne s’agit pas en effet de passer de l’une à l’autre sans considération. Beaucoup de gens nouvellement inspirés par la spiritualité ont tendance à en faire trop. Après une révélation qui les bouleverse, ils envoient tout balader, travail, famille, patrie et s’essoufflent au bout de quelque temps d’ascèse difficile pour laquelle ils n’étaient pas préparés.

Le travail initiatique est long et cela a du sens. On ne fait aucun progrès par à-coups brutal. L’homme doit se relever doucement et tenter d’équilibrer ses différents besoins pour les aligner au développement éthique qu’implique la progression spirituelle.

Tant qu’il a un corps de chair et des responsabilités civiques, il doit savoir honorer ses besoins physiologiques et ses engagements familiaux ou professionnels tout en aménageant de la place pour la pratique spirituelle. C’est en négociant qu’on y arrive, pas en créant des clashs douloureux avec l’entourage.

Une bonne conduite verticale ne consiste donc pas à tourner le dos à l’horizontalité de la vie. Il s’agit plutôt d’insérer à l’intérieur de celle-ci des valeurs hautes et parfois nouvelles, qui donnent aux contingences communes de l’existence un relief qualitatif.

La véritable ascèse est là.

Ne vous détournez de rien mais transformez tout ce que vous faites conformément aux valeurs spirituelles que vous avez découvertes. Ainsi, l’équation de la croix initiatique sera résolue.

Vous pouvez travailler, manger, faire l’amour, posséder des choses et gagner de l’argent tout en étant relié et intérieurement tourné vers votre axe vertical. Il assure à votre vie le soutien du ciel et la rend conforme à l’harmonie du grand mécanisme universel.

Ajuster, ajuster…

Ce travail implique nécessairement des crises et des remises en question. Mais comme nous n’avons que des illusions à perdre, il importe peu que nous soyons un peu malmenés jusqu’à ce que nous ayons trouvé la bonne mesure.

Durant ce temps,  les deux branches de la croix vont osciller dans un sens et dans l’autre. Il y aura des essais infructueux et de belles victoires. Des ascensions divines et des descentes en enfer.

Les deux branches seront longtemps antagonistes comme le sont le soufre et le mercure des alchimistes. Il faudra pourtant les marier et stabiliser leur union au centre parfait par l’accomplissement du Grand-Œuvre.

En savoir plus…

consultation

Et qu'on se le dise par Toutatis !