Gnose chrétienne - cfio.fr

C’est quoi la gnose chrétienne?

formations

Lorsque l’on parle de Christianisme, il y a toujours deux camps qui s’affrontent. Les tenants de l’Église officielle catholique et les autres, rassemblés sous de nombreuses bannières dissidentes. Parmi elles on trouve les églises évangélistes (Témoins de Jéhova, adventistes du Septième jour, protestants…) et les groupuscules minoritaires à caractère plus ou moins ésotérique (Gnose et gnostiques, cathares, esséniens, rose-croix, templiers…). Comment retrouver son chemin dans ce dédale d’approches très différentes…

Simplifions !

Je ne vais pas m’étendre ici sur les organisations évangéliques. Franchement désuètes ou pauvres de contenu métaphysique, elles ne vont pas nous intéresser dans notre approche initiatique.

En revanche, pour simplifier notre débat, je vais schématiquement classer l’ensemble des groupements ésotériques mentionnés ci-dessus dans la catégorie gnostique. La première raison est que la majorité de ces approches affichent un rejet prononcé et unanime envers le catholicisme romain. La seconde est que leurs textes de référence sont puisés presque systématiquement dans les bibliothèques dites gnostiques, encore appelées évangiles apocryphes.

Qu’est-ce que la gnose?

Étymologiquement, gnose signifie connaissance en grec. Cela ne nous est pas d’une grande aide tant que l’on ne sait pas ce que signifie la connaissance dans un contexte ésotérique. Or, pour les groupements occultes qui se réclament de la Gnose, c’est clair. La Gnose est un ensemble d’informations spirituelles secrètes détenues par les premiers initiés chrétiens avant leur persécution par l’Église catholique romaine.

On considère donc qu’il existe deux Églises. L’une officielle, celle du catéchisme de nos grand-mères, qui est majoritaire et plutôt réfractaire à toute interprétation ésotérique de l’Évangile. Et l’autre minoritaire, celle des initiés, ayant fait l’objet de persécutions et s’étant réfugiée dans diverses organisations nébuleuses au cours des siècles.

Que dit la gnose de si dérangeant pour l’Église?

C’est très simple, elle dit que vous pouvez vous passer des intermédiaires religieux pour accéder à l’initiation spirituelle proposée par Jésus. Elle s’appuie en cela sur certains textes gnostiques tels que l’Évangile de Thomas dans lequel il est affirmé par exemple, que vous pouvez trouver Dieu partout, sous une pierre ou à l’intérieur de vous

Par ailleurs, le gnostique ne s’embarrasse pas de savoir si Jésus a vraiment existé ou non, s’il est mort et ressuscité ou pas, ou même, s’il est exact que son sacrifice (à condition qu’il ait vraiment eu lieu…) a servi au pseudo-rachat de l’humanité. En gros, le gnostique n’a besoin ni d’un rédempteur ni d’un symbole historique formel.

De quoi a-t-il besoin? D’un guide de travail spirituel, ou encore d’une praxis initiatique, dont le résultat dépendra uniquement de ses propres efforts et non de la complaisance autoritaire d’une hiérarchie religieuse qui fait (ou croit faire) le boulot à sa place.

Cependant…

L’arbre qui cache la forêt

Ce combat entre la grande prostituée (c’est comme ça qu’on appelle la religion de votre grand-mère – merci pour elle !- dans certaines loges initiatiques) et les initiés de tous poils est certes passionnant, mais il est malheureusement dénué de profondeur et de sens.

En effet, l’étude de la Gnose ne peut se réduire à une simple opposition de principes entre deux camps. En réalité, la Gnose a concerné autant les religieux catholiques que les autres, car son contenu est présent dans les Évangiles canoniques, tout autant d’ailleurs – si ce n’est plus – que dans les fameux apocryphes égyptiens, dont l’origine et la destination sont bien plus complexes qu’on ne l’affirme dans la plupart des groupements ésotériques.

La meilleure preuve qui soit est que Saint Paul lui-même cite la Gnose à plusieurs reprises. Cela prouve bien que l’église catholique ne s’est jamais entièrement opposée à la possibilité qu’un être puisse s’affranchir du joug sacerdotal, dans la mesure où  il le fait avec discrétion et sagesse, et ne cherche pas à renverser l’équilibre établi.

Il y aurait beaucoup à dire là-dessus, et nous y reviendrons dans d’autres articles…

Gnose et gnostiscisme

Problèmes de gnose - cfio.frPour ceux qui auront l’intelligence d’étudier au lieu de brailler bêtement et sans substance, Jean Borella a consacré un livre remarquable sur ce sujet. Problèmes de gnose vous aidera à comprendre ce qui différencie la gnose d’avec la pluralité des doctrines mystiques circulant aux premiers siècles de notre ère dans les communautés spirituelles du Moyen-Orient, et qu’on a pris à tort pour du christianisme primitif.

La confusion entre ces deux termes est donc très courante et devra attirer votre attention si vous souhaitez éviter de vous tromper, ou pire, de tomber sous le charme de quelques doctrines récentes, attisant la haine et le rejet systématique de l’Église (qu’elle soit d’Orient ou d’Occident) sous prétexte de quelques raccourcis stupides, dont les masses aiment malheureusement à se nourrir afin d’éviter d’avoir à réfléchir…

La gnose n’est donc pas inscrite dans un ensemble de textes plus ou moins secrets ou interdits, mais est une forme de lecture profonde des Écritures à laquelle ont accès certains hommes et d’autres pas. Il n’y a donc pas de connaissances cachées et réservées à une élite d’initiés, mais une capacité à pénétrer les textes religieux, que ceux-ci soient officiels ou non.

Pour en savoir plus…

consultation

Et qu'on se le dise par Toutatis !