Prier régulièrement - cfio.fr

5 clés pour prier régulièrement

formations

Dans notre monde turbulent, prier est un luxe que bien peu de personnes s’accordent. Il est en effet difficile de caser cette activité spirituelle dans nos emplois du temps surchargés. Ce n’est pas forcément la motivation qui nous manque, mais l’on constate que quelque chose semble toujours s’opposer à ce temps d’immobilité et d’écoute intérieure dont nous avons pourtant besoin. Quelques astuces sont alors utiles pour instaurer une solide habitude…

Première clé : faites de votre prière une nécessité vitale

La première chose qui peut aider est de prendre conscience que la prière, quelle que soit sa forme, est une véritable nécessité vitale. Au même titre que d’aller aux toilettes, se laver le matin et prendre son petit déjeuner, la prière est le « soin de l’âme » par excellence.

On ne sait pas toujours à quel point la « toilette » de l’âme est quotidiennement nécessaire. Si on le savait, on ne laisserait rien nous empêcher de prier. Bien sûr, cette approche manque de charme spirituel, mais dans la pratique, elle s’avère redoutablement efficace.

Deuxième clé : priez peu, mais priez souvent

Les débutants sont toujours trop zélés. Ils découvrent les vertus transformantes de la prière et veulent se jeter à corps perdu dans une pratique assidue et profonde. C’est une énorme erreur. L’ expérience démontre au contraire qu’il faut y aller doucement, quitte à se frustrer un peu durant quelque temps.

Le mieux est d’instaurer un timing faible au départ, comme 5 à 10 minutes par jour, et se forcer à stopper même si l’on a envie de continuer. Un peu comme pour l’alimentation. Si vous souhaitez digérer correctement, arrêtez de manger en ayant encore un peu faim…

Troisième clé : priez toujours au même endroit

La gestion des lieux est importante dans l’établissement d’une habitude. Si vous voulez que votre corps et votre psychisme collaborent au mieux à votre projet, il faut leur donner des repères solides qui seront comme des ancrages. Donc, priez toujours au même endroit. De la sorte, même quand vous n’aurez pas envie de prier, il vous suffira d’aller vous installer dans votre lieu habituel pour qu’instantanément l’envie survienne.

D’où l’expression bien connue : l’appétit vient en mangeant…

Quatrième clé : combattez l’inertie

La prière est un combat. Plus tôt vous comprendrez cela et plus vite vous progresserez. L’image du moine béat en contemplation est trompeuse. Elle laisse à penser que l’acte de prier est un moment « zen » et relaxant. Il n’y a rien de plus faux. Prier est un acte irritant, car il bouscule l’ego et l’inertie du monde.

Je ne dis pas que c’est toujours comme ça. Il y a en effet des moments de plénitude. Mais on se trompe sérieusement en croyant que la prière est destinée à la gratification des sens et de la pensée. En réalité, durant la prière, le corps et le mental sont perturbés. Ils ne sont plus au centre de votre vie comme le reste du temps. Alors ils se rebellent et vous contrarient.

C’est la guerre sainte

Cinquième clé : simplifier au maximum

Les rituels théurgiques ou magiques de certaines organisations initiatiques sont souvent très élaborés et longs. On y trouve certes des programmes et des modèles de prières transformantes, mais leur complexité et leur durée finiront pas lasser le pratiquant tôt ou tard.

Il est préférable de privilégier des techniques simples et rapides qui auront un effet plus important et s’inscriront dans la durée. Les bonnes vieilles oraisons de nos grand-mères (chapelet ou psaumes) regorgent de trésors que l’on peut appliquer sans honte, même à des niveaux initiatiques élevés.

Autre exemple, l’oraison silencieuse dite « carmélitaine », basée sur une simple écoute immobile, est un modèle de simplicité et de pureté qui, bien qu’ayant ses limites, est l’un des meilleurs chemins qui soient.

Lire la SUITE de cet enseignement réservé…

consultation

Et qu'on se le dise par Toutatis !